ILE DE WANGI-WANGI, DESTINATION PREFEREE DES AMATEURS DE TOURISME MARIN


Wangi-Wangi est l’une des quatre îles principales qui composent l’archipel de Wakatobi au large de la côte de Sulawesi du Sud-Est, et est la porte d’entrée du Parc National Marin de Wakatobi.


Le nom Wakatobi provient des quatre plus grandes îles de Wangi-Wangi (WA,) Kaledupa (KA,) Tomea (TO,) et Binongko (Bi,) qui font partie d’une plus grande chaîne d’îles appelée  Tukang Besi. Les îles sont nichées au Cœur du légendaire triangle de corail, abritant 942 espèces de poissons et 750 espèces de récif de corail sur les 850 connus dans le monde. Les îles couvrent une zone de 1,400,000 hectares dont 90,000 de récif corallien, faisant de Wakatobi le deuxième plus grand récif de corail au monde, derrière la Grande Barrière de Corail d’Australie.


Wangi-Wangi ou Wanci comme on l’appelle souvent, est une destination très prisée des passionnés de tourisme marin. Les eaux de Wangi-Wangi sont un véritable paradis sous l’eau, riches de magnifiques récifs de coraux abritant une impressionnante variété de vie marine. Le fond de l'océan offre toute une gamme de paysages: des plaines, des pentes douces, des parois abruptes et des grottes profondes pour faire de chaque plongée une nouvelle aventure. De superbes récifs de coraux peuvent être trouvés à quelques mètres à peine sous l’eau, tandis que d’autres, à couper le souffle, vous feront plonger bien en dessous de 90 pieds de profondeur.


Les îles de Wakatobi sont relativement bien connues parmi la population mondiale des plongeurs depuis un certain temps déjà, mais ce que beaucoup ignorent c’est que la vie sur la surface de l’eau est toute aussi intéressante. Le peuple Bajo, ou les Tsiganes de la mer comme ils ont souvent été appelés, sont une tribu sans terre, dispersée dans toute l’Indonésie, et plus loin comme la Malaisie et les Philippines, mais des archives ont prouvé que l’existence des Bajo en Sulawesi remonte à des siècles.


Fidèles à leur surnom, cette communauté maritime est totalement dépendante de l’océan. Non seulement, ils survivent exclusivement sur les ressources marines—ils vivent en réalité aussi dans l’océan. C’est vrai. Des villages entiers sont construits sur pilotis et reliés par des ponts en bois sur de grandes étendues de récifs coralliens et de roches au milieu de la mer d'émeraude.


La tribu Bajo maintient une profonde connaissance des écosystèmes côtiers marins, ainsi que des saisons, des vents, des courants, des marées, du cycle lunaire, des étoiles et de la navigation. Ils ont développé des compétences spécialisées en construction de bateaux, et dans des embarcations savamment construites, sont capables de voguer sur certaines des eaux les plus dangereuses du monde. Ces mystérieux gens de la mer se distinguent également par leurs capacités exceptionnelles de plongée en apnée, et après des années de pratique ont acquis des adaptations physiques qui leur permettent de mieux voir et de plonger plus longtemps sous l’eau. En tant que marins en eaux profondes et cueilleurs de produits marins, les Bajo fournissent beaucoup de produits d'exportation de Sulawesi pour le commerce avec la Chine.


Dans le passé, les Bajo vivaient presque complètement séparés des “gens de la terre”, préservant ainsi leur façon de vivre très distincte pendant des générations. Mais ces nomades errants sur la mer, qui ont vécus pendant des siècles en mer, désormais s’adaptent et interagissent plus avec les groupes ethniques basés à terre et sont encouragés à s’installer sur terre. A part les lieux de vie, bien d’autres aspects de la culture Bajo ont été abandonnés, et avec de plus en plus de descendants Bajo qui parlent maintenant la langue indonésienne, la langue antique des Bajo se meurt lentement.


Comme les Bajo ont tendance à migrer de lieu en lieu selon les marées et les saisons, on ne sait pas vraiment combien ils sont, mais on estime leur nombre à peu près à quelques centaines de familles.


Le film de 2010, Le Miroir ne ment jamais, est issu de la collaboration de WWF-Indonesia, de l’administration de Wakatobi et de SET Film Workshop. Il donne un aperçu de la vie et de la culture du people Bajo ainsi que de la biodiversité marine environnant les îles Wakatobi.


Y aller

Localisé littéralement en marge de la population, vous pouvez être sûrs que quels que soient ceux ou celles qui vous accompagnent durant votre escapade à Wangi-Wangi, ce seront probablement les seuls touristes que vous verrez pendant votre voyage. L’aéroport Matahora, très récemment ouvert est localisé sur l’île de Wangi-Wangi, et contribue à faciliter le pèlerinage vers Wakatobi, mais ça reste toujours un sacré voyage.


Makassar est un aéroport international avec des vols journaliers en provenance de  Singapour par Garuda Air et de Kuala Lumpur en Malaisie, par Air Asia. Des vols domestiques pour Makassar sont disponibles à partir de toutes les grandes villes en Indonésie incluant Jakarta, Bali, Surabaya, Balikpapan, Manado et bien d’autres. Selon l’endroit d’où vous venez, il est possible d’avoir une correspondance le même jour, donc vous n’aurez pas à passer la nuit à Makassar.

Points Marquants
Adresse
Kabupaten Wakatobi
Admission
-
L'Heure d'Ouverture
-
Plus d'Informations
-
Points Marquants
Adresse
Kabupaten Wakatobi
Admission
-
L'Heure d'Ouverture
-
Plus d'Informations
-

ILE DE WANGI-WANGI, DESTINATION PREFEREE DES AMATEURS DE TOURISME MARIN


Wangi-Wangi est l’une des quatre îles principales qui composent l’archipel de Wakatobi au large de la côte de Sulawesi du Sud-Est, et est la porte d’entrée du Parc National Marin de Wakatobi.


Le nom Wakatobi provient des quatre plus grandes îles de Wangi-Wangi (WA,) Kaledupa (KA,) Tomea (TO,) et Binongko (Bi,) qui font partie d’une plus grande chaîne d’îles appelée  Tukang Besi. Les îles sont nichées au Cœur du légendaire triangle de corail, abritant 942 espèces de poissons et 750 espèces de récif de corail sur les 850 connus dans le monde. Les îles couvrent une zone de 1,400,000 hectares dont 90,000 de récif corallien, faisant de Wakatobi le deuxième plus grand récif de corail au monde, derrière la Grande Barrière de Corail d’Australie.


Wangi-Wangi ou Wanci comme on l’appelle souvent, est une destination très prisée des passionnés de tourisme marin. Les eaux de Wangi-Wangi sont un véritable paradis sous l’eau, riches de magnifiques récifs de coraux abritant une impressionnante variété de vie marine. Le fond de l'océan offre toute une gamme de paysages: des plaines, des pentes douces, des parois abruptes et des grottes profondes pour faire de chaque plongée une nouvelle aventure. De superbes récifs de coraux peuvent être trouvés à quelques mètres à peine sous l’eau, tandis que d’autres, à couper le souffle, vous feront plonger bien en dessous de 90 pieds de profondeur.


Les îles de Wakatobi sont relativement bien connues parmi la population mondiale des plongeurs depuis un certain temps déjà, mais ce que beaucoup ignorent c’est que la vie sur la surface de l’eau est toute aussi intéressante. Le peuple Bajo, ou les Tsiganes de la mer comme ils ont souvent été appelés, sont une tribu sans terre, dispersée dans toute l’Indonésie, et plus loin comme la Malaisie et les Philippines, mais des archives ont prouvé que l’existence des Bajo en Sulawesi remonte à des siècles.


Fidèles à leur surnom, cette communauté maritime est totalement dépendante de l’océan. Non seulement, ils survivent exclusivement sur les ressources marines—ils vivent en réalité aussi dans l’océan. C’est vrai. Des villages entiers sont construits sur pilotis et reliés par des ponts en bois sur de grandes étendues de récifs coralliens et de roches au milieu de la mer d'émeraude.


La tribu Bajo maintient une profonde connaissance des écosystèmes côtiers marins, ainsi que des saisons, des vents, des courants, des marées, du cycle lunaire, des étoiles et de la navigation. Ils ont développé des compétences spécialisées en construction de bateaux, et dans des embarcations savamment construites, sont capables de voguer sur certaines des eaux les plus dangereuses du monde. Ces mystérieux gens de la mer se distinguent également par leurs capacités exceptionnelles de plongée en apnée, et après des années de pratique ont acquis des adaptations physiques qui leur permettent de mieux voir et de plonger plus longtemps sous l’eau. En tant que marins en eaux profondes et cueilleurs de produits marins, les Bajo fournissent beaucoup de produits d'exportation de Sulawesi pour le commerce avec la Chine.


Dans le passé, les Bajo vivaient presque complètement séparés des “gens de la terre”, préservant ainsi leur façon de vivre très distincte pendant des générations. Mais ces nomades errants sur la mer, qui ont vécus pendant des siècles en mer, désormais s’adaptent et interagissent plus avec les groupes ethniques basés à terre et sont encouragés à s’installer sur terre. A part les lieux de vie, bien d’autres aspects de la culture Bajo ont été abandonnés, et avec de plus en plus de descendants Bajo qui parlent maintenant la langue indonésienne, la langue antique des Bajo se meurt lentement.


Comme les Bajo ont tendance à migrer de lieu en lieu selon les marées et les saisons, on ne sait pas vraiment combien ils sont, mais on estime leur nombre à peu près à quelques centaines de familles.


Le film de 2010, Le Miroir ne ment jamais, est issu de la collaboration de WWF-Indonesia, de l’administration de Wakatobi et de SET Film Workshop. Il donne un aperçu de la vie et de la culture du people Bajo ainsi que de la biodiversité marine environnant les îles Wakatobi.


Y aller

Localisé littéralement en marge de la population, vous pouvez être sûrs que quels que soient ceux ou celles qui vous accompagnent durant votre escapade à Wangi-Wangi, ce seront probablement les seuls touristes que vous verrez pendant votre voyage. L’aéroport Matahora, très récemment ouvert est localisé sur l’île de Wangi-Wangi, et contribue à faciliter le pèlerinage vers Wakatobi, mais ça reste toujours un sacré voyage.


Makassar est un aéroport international avec des vols journaliers en provenance de  Singapour par Garuda Air et de Kuala Lumpur en Malaisie, par Air Asia. Des vols domestiques pour Makassar sont disponibles à partir de toutes les grandes villes en Indonésie incluant Jakarta, Bali, Surabaya, Balikpapan, Manado et bien d’autres. Selon l’endroit d’où vous venez, il est possible d’avoir une correspondance le même jour, donc vous n’aurez pas à passer la nuit à Makassar.

0

D'autres Attraction

{data.preTitle}
{data.buildings} {data.star}
Nous avons fait un guide PDF de cette zone à imprimer et à prendre avec vous.
Télécharger maintenant